The Best bookmaker bet365 Bonus

Une histoire populaire des États-Unis, de Howard Zinn

L'Histoire des États-Unis est habituellement présentée dans les manuels selon un pont de vue unique, passant sous silence certains de ses acteurs. ce livre confronte avec précision la version officielle, héroïque, aux témoignages des plus modestes.

Véritable "contre-histoire" prenant à rebours les grands mythes américains (guerre d'indépendance, conquête de l'Ouest, développement du capitalisme...), Une histoire populaire des États-Unis dépeint les luttes qui opposèrent les Indiens d'Amérique aux Européens, les révoltes des esclaves, les luttes syndicales, les combats féministes, le mouvement mené par les Noirs contre le racisme et pour les droits civiques...

Ouvrage universitaire accessible à tous, ce livre est à la fois un récit passionnant sur l'histoire des Etats-Unis ainsi qu'une réflexion historiographique nouvelle. Zinn se place en héritier de la "nouvelle histoire sociale", basée entre autres sur les sources orales et le point de vue "micro-historique", tout en apportant une interprétation globale de l'Histoire.

Marx, mode d'emploi, de Daniel Bensaïd, dessins par Charb

dans les années 80, en pleine offensive néolibérale, le magazine Newsweek pouvait titrer, triomphalement : "Marx est mort". Aujourd'hui, Marx est de retour. En ces temps de crise fracassante du capitalisme, on le redécouvre. Mais qui fut Marx ? Qu'a-t-il vraiment dit ? ce petit ouvrage offre une introduction ludique à sa pensée, sa vie, son oeuvre. Un panorama clair et souvent drôle qui associe bande dessinée et philosophie, humour et esprit de synthèse pour présenter dans toute son actualité la pensée du théoricien de la lutte des classes.

Marx est resté célèbre pour son explication des contradictions et des crises du capitalisme. On suivra le roman policiers du Capital : à la recherche de la valeur perdue, on retracera les mécanismes de l'accumulation du capital jusqu'à percer le secret du fétichisme de la marchandise.

À la fois aide-mémoire, cours d'introduction et lecture récréative, Marx, mode d'emploi, offre une petite trousse à outils pour la pensée et pour l'action.

La dernière utopie, de Caroline Fourest

Ce livre analyse les excès du multi-culturalisme dans nos sociétés à l'échelle internationale et en France, comment les droits et libertés individuelles peuvent être remis en cause ou différenciés en fonction de l'appartenance supposée à telle ou telle communauté religieuse ou culturelle. Au nom du "droit à la différence", on voudrait tolérer les inégalités et donc séparer les gens de par leur naissance, à moins qu'on ne prône le retour à un mono-culturalisme totalitaire et xénophobe. Dans les deux cas, on amalgame volontiers universalisme et néo-colonialisme afin d'imposer une logique de guerre des civilisations.

Combattant à la fois le racisme et l'intégrisme, Caroline Fourest tente de définir un modèle utopique fondé sur la laïcité et l'égalité des droits qui puisse répondre aux enjeux de notre époque.

Ainsi soit-elle, de Benoîte Groult

Ainsi soit-elle est un livre court et plutôt facile à lire. Au départ, il y a l'une de ces histoires personnelles révélatrice du machisme ordinaire. Ensuite, en 10 chapitres, l'auteure s'attache à déconstruire le monde patriarcal. Ainsi soit-elle, c'est l'image de la femme dans la société, dans le sport et dans le politique ; femme perpétuellement renvoyée à son "auréole de mère, de sainte ou d'institutrice" et condamnée à l'espace privé alors que l'homme s'arroge la totalité de l'espace public. Au nom de cette image, et pour la changer, le livre est un ardent plaidoyer pour la parité totale en politique.

Le féminisme n'est pas un combat de femme, comme on peut souvent l'entendre ; c'est un combat de toute la société pour l'égalité et pour une autre organisation sociale. Après avoir li cela, vous aurez les bonne lunettes" pour voir la réalité du monde patriarcal et entamer son changement.

Pour sauver la planète, sortez du capitalisme, de Hervé Kempf

Hervé Kempf, éditorialiste au journal Le Monde, affirme dans son nouvel essai l'impossibilité de pouvoir répondre à la crise environnementale sans une redéfinition globale de notre modèle de développement. Pour l'autre, une profonde redistribution des richesses et l'imposition d'un revenu maximal d'activité sont les conditions nécessaires pour rendre acceptable à la population de profonds changements de modes de vie.

Il propose entre autres de placer la coopération au coeur du système économique, de redéfinir les modes de consommation en généralisant l'économie de fonctionnalité ou la location de biens. Les services publics doivent être systématisés pour la gestion des biens communs et la puissance publique renforcée. Enfin, l'auteur invite à s'interroger sur la "société de la connaissance" et de la gratuité.

Ce livre fort pédagogique permet de prendre conscience de l'immédiateté de la crise écologique. Il met en exergue qu'il n'y a pas de réponse globale et efficace à la crise environnementale qu ne soit pas profondément sociale.

The best bookmaker bet365

Free Premuim Templates by BIGTheme